Accueil > EMPLOIS / STAGES / RECRUTEMENTS > Infos pratiques et conseils > Comment devenir courtier immobilier en Suisse ?
devenir courtier immobilier

Comment devenir courtier immobilier en Suisse ?

Le marché de l’immobilier est un secteur refuge. Il a encore démontré ses incroyables facultés de résilience lors de la crise sanitaire que nous n’avons pas encore réussi à totalement juguler. Contrairement à d’autres branches d’activités qui peinent à redresser la barre, l’immobilier affiche une excellente santé, peut-être même plus prometteuse encore qu’avant la crise. Il attire donc de nombreux individus. Devenir courtier immobilier en Suisse est ainsi une envie largement partagée. Est-ce pourtant une vraie opportunité de carrière ? Et si oui, comment y parvenir ? Réponses.

Le métier de courtier immobilier

Dans le monde de l’immobilier, les intervenants sont nombreux. Autour des acheteurs et des vendeurs gravitent en effet un grand nombre d’intermédiaires, chacun ayant un rôle à jouer dans le processus de transaction. L’agent immobilier est certainement le plus connu d’entre eux, mais on pourrait également citer le notaire, les décorateurs ou même les photographes professionnels. Mais si une profession sort du lot par de nombreux aspects, c’est bien celle de courtier immobilier.

Le courtier immobilier est d’abord un professionnel bien informé. Sa tâche quotidienne consiste à se tenir au courant de l’évolution du marché dans sa zone d’activité grâce à une base de donnée des prix immobilier de qualité comme celle de RealAdvisor.ch, mais aussi à repérer de potentiels nouveaux clients. Il peut travailler seul ou en agence de courtage, pour des vendeurs comme pour des acheteurs et se doit avant tout d’être flexible. Son activité relève à la fois de la prospection, de l’estimation de biens, de la gestion de l’aspect administratif et de la négociation des taux. Et pour beaucoup, devenir courtier immobilier en Suisse semble être un objectif de carrière.

immobilier en suisse

Devenir courtier immobilier en Suisse, une vraie opportunité

La rémunération du courtier immobilier est tout entière fondée sur les commissions. Contrairement aux agents immobiliers qui bénéficient d’un salaire fixe, le courtier doit lui faire preuve d’abnégation et d’opiniâtreté pour vivre de son métier. C’est là l’une des stimulations du professionnel, mais aussi une source d’inquiétude lorsque la période n’est pas propice aux ventes. S’assurer de belles commissions est donc essentiel à la poursuite de son activité.

L’importance des commissions varie en fonction de nombreux critères. Le courtier en immobilier peut en effet être impliqué à de multiples niveaux dans le processus de vente et chacune de ses actions pourra justifier d’une rémunération. Ainsi, devenir courtier immobilier en Suisse, dans un marché particulièrement dynamique, où les prix sont parmi les plus élevés d’Europe et la demande particulièrement forte garantit à celui qui s’y essaye la jouissance d’un revenu confortable.

Comment devenir courtier immobilier en Suisse ?

Le métier de courtier immobilier nécessite d’abord certaines compétences, qui relèvent plus de la personnalité que d’un quelconque cursus. Il faudra avant tout savoir se rendre disponible à ses clients, ne pas compter ses heures et être prêt à travailler quand les conditions le commandent. La mobilité est également un aspect essentiel du métier pour visiter des biens et rencontrer des acheteurs ou des vendeurs. Enfin, il faudra bien sûr être doté d’un esprit commercial et d’une vraie capacité à négocier.

Pour devenir courtier immobilier en Suisse, il faudra bien sûr connaître le terrain. Le temps passé à prospecter est une composante essentielle de la vie du courtier. En outre, la législation helvète impose aux candidats de justifier d’une expérience professionnelle préalable dans le secteur, en tant qu’expert immobilier par exemple. Trois ans sont nécessaires pour prétendre au métier, dont deux années au moins exercées sur le territoire suisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *